Weinbau von Tscharner : tout mais pas de demi-mesure !

À la confluence du Rhin postérieur et du Rhin antérieur, où le Rhin alpin voit le jour, le château de Reichenau se dresse dans sa beauté intemporelle. Quand on tire la cloche à côté de la porte du château et qu’on franchit le seuil, on se sent catapulté dans un autre temps. Le seigneur du château Gian-Battista et son fils Johann-Baptista von Tscharner nous accueillent et nous conduisent dans la cave du château, à travers leurs archives liquides – les bouteilles des 46 derniers millésimes ! – et dans l’espace de dégustation prometteur, où nous prenons place à l’imposante table en bois.

De père en fils

Gian-Battista est une personnalité marquante à la carapace un peu bourrue derrière laquelle se cache une personne subtile, sensible et cultivée. Ceux qui le connaissent ont parfois été un peu inquiets pour son fils qui a grandi dans l’ombre de ce père imposant. Mais si vous observez comment ils interagissent, c’est une évidence : ils sont très semblables et se vouent une affection mutuelle. « Personne ne pensait que je pouvais le faire, mais depuis que j’ai confié la gestion de la cave à Johann-Baptista, je ne m’en mêle plus... », rigole Gian-Battista. « Mais bien sûr, nous discutons beaucoup et nous goûtons ensemble », ajoute Johann-Baptista avec un sourire. Il ouvre la première de nombreuses bouteilles, chacune plus passionnante que la précédente.

Celui qui vient à Reichenau pour la première fois cherche en vain des vignes. Bien que de délicieuses asperges poussent ici – les connaisseurs disent que ce sont les meilleures de Suisse – il n’y a pas de vigne à l’horizon. Les vignobles, environ six hectares, sont situés un peu plus bas le long du Rhin, dans les communes de Felsberg, Coire, Jenins et Maienfeld.

Pour le duo, il est toujours important qu’un vin puisse bien vieillir, c’est pourquoi ils leur donnent le temps nécessaire. « On ne force rien, on les laisse se développer longuement, d’abord en fûts, puis en bouteilles... » Quiconque a déjà voulu acheter ici du vin qui n’était pas encore prêt à boire n’oubliera pas de sitôt le non catégorique du patron. Mais cela vaut toujours la peine d’attendre. Le Pinot Gris 1994, par exemple, avec son merveilleux nez de fruits secs, de miel, de caramel, de noix et de beurre, le prouve en bouche, vif, avec beaucoup de gras, et pourtant sec. « Avec du fromage affiné, un régal », promet Gian-Battista.

Gian-Battista von Tscharner et son fils Johann-Baptista entourent Eva Zwahlen dans leur cave du Schloss Reichenau.
Gian-Battista von Tscharner et son fils Johann-Baptista entourent Eva Zwahlen dans leur cave du Schloss Reichenau.

 

Les défis des blancs

« Je n’ai jamais vraiment été impressionné par les Chardonnay des Grisons », raconte le fils, qui, lors d’une dégustation de bourgognes blancs de 2002, a eu la révélation avec un vin de Coche-Dury : « j’étais tellement enthousiaste qu’ à partir de ce moment-là j’ai absolument voulu faire du Chardonnay. » C’est ainsi qu’en 2012, le père et le fils en ont planté à Coire. « J’ai d’abord dû avancer à tâtons avec sa vinification », dit modestement Johann-Baptista, qui l’a vinifié pur pour la première fois en 2017. Il fait une grimace et nous apporte sa deuxième tentative, celle de 2018, dont un quart seulement est élevé en bois neuf. Un vin qui lui donne, et à nous aussi, aussitôt un grand sourire : rectiligne, frais, plein de finesse et d’une véritable élégance bourguignonne, infiniment long.

La variété phare en blanc est le Completer, ce cépage rare des Grisons, qui n’est cultivé que par quelques producteurs « et qui est malheureusement surtout vinifié de manière moderne », comme le regrette Gian-Battista. Ce n’est pas le cas à Reichenau : « les raisins doivent être complètement mûrs et atteindre plus de 100° degrés Oechsle, cela demande de la patience. Nous élevons notre Completer au moins cinq ans, parfois dix dans de vieilles barriques, sans ajouter de sulfites ». Le résultat ? Un vin hautement émotionnel au nez complexe, où se mêlent le miel, les noix et les épices nobles, et en bouche profond, oxydatif, exceptionnel, mais malheureusement uniquement disponible en doses homéopathiques (c’est-à-dire pratiquement introuvable) !

Des Pinots Noirs de grande classe

« Nous faisons des vins de niche », souligne Johann-Baptista, « nos vins sont comme nous, un peu extrêmes. » Le père ajoute : « C’est pourquoi nous n’avons que des clients qui sont aussi un peu fous ! » On apprend à faire du vin dans la pratique, pas à l’école, explique-t-il. Il a pourtant étudié l’agronomie à l’EPFZ, tandis que son fils a suivi une formation en technologie des aliments et des boissons à la Haute Ecole Agroscope de Wädenswil et a acquis de l’expérience en Nouvelle-Zélande. « Ma femme Anni et moi, nous n’avons jamais poussé nos enfants à faire quoi que ce soit, mais dès leur plus jeune âge ils ont toujours été à nos côtés, impliqués dans notre travail. » La sœur aînée de Johann-Baptista, Marina, est géologue, et la cadette, Francesca, a étudié le tourisme et est responsable des événements et des manifestations au château de Reichenau.

Le Pinot Noir (appelé ici Blauburgunder), que des mercenaires au service de la France auraient autrefois apporté aux Grisons, représente le 60 % de la production du château. Les plus jeunes vignes ont 19 ans, les plus âgées 60. Il se décline en plusieurs versions. L’un des fleurons de la maison est le « Gian-Battista », qui porte indubitablement la signature de son homonyme. Il provient de deux terroirs différents de Coire et est élevé pendant 28 mois en barriques, pour moitié neuves. Un grand vin, dense, puissant, profond et promis à une longue vie. Un membre plus que méritant de la Mémoire des Vins Suisses ! De ces mêmes vignobles provient le « Johann-Baptista », qui porte l’empreinte du fils, robuste et profondément bourguignon comme le vin de son père, mais un peu plus fin, plus élégant, et plus accessible. La cuvée « Jeninser Blauburgunder Mariafeld » est quant à elle complètement différente, ou encore le « Jeninser Alte Reben », issu de vignes plantées en 1961... Impossible de répertorier tous les trésors qui sont vinifiés au sein des caves du château de Reichenau dans la plus grande tradition artisanale. Il est donc vivement conseillé aux amateurs de vin de partir en voyage dans la Bündner Herrschaft !

Restaurants conseillés par Johann-Baptista von Tscharner

Restaurant Scalottas
Hansjörg Ladurner
Voa Principala 29
7078 Lenzerheide

Restaurant Stern Chur
Adrian K. Müller
Reichsgasse 11
7000 Chur