Vallée du Douro, Quevedo Wines, la famille Quevedo

Juchée sur un haut-plateau, la localité de São João da Pesqueira se situe à quelques petits kilomètres de Ervedosa do Douro. C’est ici, à l’extrémité Sud du village, sur les hauteurs, que se trouve la quinta Senhora do Rosário. C’est l’un des six domaines de la famille Quevedo, le cœur même de cette entreprise qui s’étend sur une superficie globale de 112 hectares. Il abrite ainsi les vastes caves dans lesquelles sont élaborés tous les vins de la Maison Quevedo. Les deux tiers de la production sont consacrés au porto, le dernier tiers aux vins tranquilles, blancs et rouges, que l’on produit ici depuis les années 1990 et qui sont au nombre de six, dont l’Oscar’s White et l’Oscar’s Red. Dans les vins mutés, le vaste assortiment ne compte pas moins de vingt portos de différents styles.

Cette entreprise familiale a été fondée par Oscar Quevedo et son épouse Beatriz Morais Quevedo. Ils se sont établis à São João da Pesqueira en 1982 et, petit à petit, ont étendu la surface de leur vignoble, toujours en propriété, dans les régions du Cima Corgo et du Haut-Douro. Les deux enfants du couple travaillent également sur le domaine : Cláudia en tant qu’œnologue et Oscar jr. dans le marketing et la vente. « Nous savons tous que c’est d’abord dans la vigne que se fabrique le vin », commente Cláudia Quevedo, tandis qu’elle nous fait visiter la cave. Depuis plus de 20 ans, elle est l’œnologue responsable de la production des portos. « Nous savons aussi qu’aucun vignoble n’assure chaque année un raisin de même qualité. Il est donc important de pouvoir utiliser les raisins provenant de vignes situées dans d’autres régions et à d’autres altitudes, car cela permet d’élaborer d’une année à l’autre des vins de haut niveau qualitatif », poursuit-elle. À en juger par l’exceptionnelle diversité stylistique de l’éventail des portos, la tâche est particulièrement complexe. Là, même les inconditionnels les plus aguerris en perdent souvent leur latin !

Quinta Quevedo
Quevedo Wines

 

En dépit de l’extrême diversité des styles, et même si le chaos des termes est parfois décourageant, on peut néanmoins répartir la plupart des portos en deux grandes catégories : les portos ruby et les portos tawny. Les portos ruby tirent leur nom de leur couleur foncée, rouge rubis. Ils ont ceci de particulier qu’ils sont élevés en bouteille. Les plus simples proviennent d’assemblages de différents vins et de différents millésimes. Mais il existe également des portos vintage de qualité supérieure, des vintage dits late bottled (LBV) et des vintage dits crusted. De leur côté, les portos tawny (en anglais, le terme tawny signifie couleur fauve) sont élevés en fûts au moins cinq ans, ce qui leur confère cette coloration brun-jaune. Certains d’entre eux, qui ont vieilli en fûts durant vingt ou trente ans, voire plus longtemps, sont très recherchés en raison de leur rareté. Les tawnies dits colheita sont des portos millésimés provenant d’une seule récolte, dont la date figure sur l’étiquette. Hormis ces deux principales catégories, mentionnons encore les portos blancs et, création récente et très tendance, les portos rosés.

Malgré la différence de leurs styles, tous les portos ont ceci en commun qu’ils sont doux, ce qui s’explique par le fait que la fermentation du vin est stoppée au moment de l’adjonction d’eau-de-vie à forte teneur en alcool. « Il est donc primordial de choisir le bon moment pour procéder au mutage, car c’est lui qui détermine la teneur en sucre du futur produit », explique Cláudia Quevedo. « Nos portos sont généralement un peu plus secs que la moyenne ; c’est un choix délibéré, car ainsi les arômes fruités sont mieux mis en valeur ». Dans les portos, en fonction du style et de l’âge, vient s’ajouter aux notes fruitées un riche éventail d’autres arômes. Les découvrir et les apprécier équivaut à passer en revue tout l’univers olfactif et gustatif du monde du vin. À l’heure actuelle, le Vintage 2016 offre des notes de mûre, de sureau et de melon, sur des accents de fines herbes et d’épices ; le Vintage 2005 affiche des arômes de baies rouges et noires, de violette, de framboise et de prune, sur des notes chaleureuses d’épices ; le Late Bottled Vintage 2014 séduit par ses accents de myrtille, de réglisse, de raisins secs, de figues séchées et de chocolat noir. De son côté, le Tawny Special Reserve plaira par ses arômes de fruits secs et de cannelle, agrémentés de touches d’amande et de noix, tandis qu’on trouvera dans le Tawny Colheita 1992 des notes d’épices et de noix, avec des accents de caramel. Le monde des portos est véritablement fascinant !

José Vouillamoz et Rudolf Trefzer entourent Oscar Quevedo.
José Vouillamoz et Rudolf Trefzer entourent Oscar Quevedo.

 

Dans le monde du vin, les portos forment une catégorie à part, autonome et unique, qui permet de vivre des associations gustatives inoubliables. Ainsi, non seulement les vintages accompagnent idéalement les fromages bleus ou d’autres fromages corsés, mais ils se marient aussi très bien avec les mets savoureux et épicés à base de gibier, qu’il s’agisse de cerf, de sanglier, de faisan ou de perdrix. Un tawny (reserva ou colheita) escortera à merveille une terrine de foie d’oie ou du foie gras poêlé, mais également des fromages comme le Brie ou le fromage de chèvre. Et il est inutile de rappeler que le porto et le chocolat font très bon ménage. Les chocolats à la teneur élevée en cacao formeront une association harmonieuse avec un bon ruby, un vintage, un LBV ou un crusted. Avec un chocolat plus clair ou un chocolat au lait, on optera plutôt pour un bon tawny (10 ou 20 ans d’âge, voire plus) ou pour un colheita.

– Découvrez notre sélection de vins du domaine Quevedo

 

Infographies des différents types de Porto

 

Les conseils
de la famille Quevedo

Restaurants
Toca da Raposa
Rua da Praça
5130-073 Ervedosa do Douro

Cais da Ferradosa
Old Ferradosa Train Station
5130-453 São João da Pesqueira