Le Pinot Noir

Le Pinot Noir est sans conteste le type originel, le Pinot Gris et le Pinot Blanc n’en étant que des mutations de couleur. Il était connu dès le XIIIe siècle sous d’anciens synonymes, principalement Morillon, Noirien et Auvernat (avec diverses orthographes). La première mention sous l’orthographe moderne Pinot apparaît en 1375, lorsque le duc Philippe le Hardi anticipe son prochain voyage en faisant envoyer à destination une certaine quantité de « pinot vermeil ». En Allemagne, la première mention date de 1470 sous le nom de Klebroth ; en Suisse, il est mentionné pour la première fois dans le canton de Neuchâtel à Cortaillod en 1766 et Auvernier en 1775, sous le synonyme local Salvagnin. Par la suite, il est mentionné dans les régions germanophones (Allemagne, Autriche, Suisse) sous les noms de Blauburgunder, littéralement le « Bourguignon bleu », et de Spätburgunder, littéralement le « Bourguignon tardif ».

Petite « œno-géographie » du Pinot Noir

Le Pinot Noir a essaimé depuis sa Bourgogne-Franche-Comté natale dans de nombreuses régions du monde. Faisons un rapide tour d’horizon des régions dans lesquels il donne les vins les plus intéressants.

Tout d’abord la France, qui est évidemment la patrie du Pinot Noir. Et à tout seigneur tout honneur, c’est assurément en Bourgogne qu’il produit les meilleurs vins depuis plusieurs siècles. Son aptitude à exprimer les infimes différences de terroirs, nommés « climats » en Bourgogne, est fascinante. Chez un même producteur, avec des vinifications sensiblement identiques, les différences aromatiques et organoleptiques entre les appellations ou les climats sont tout simplement bluffantes : un Chambolle-Musigny tout en finesse contraste avec un Pommard corsé, un Gevrey-Chambertin d’une grande intensité donne la réplique à un Volnay velouté, un Clos de Vougeot floral se démarque d’un Clos de Tart intense et minéral, etc.

L’autre région du Pinot Noir en France est sans conteste la Champagne où le Pinot Noir couvre plus d’un tiers des surfaces. Vinifié sans macération pelliculaire, il donne des vins mousseux blancs (c’est pourquoi l’on dit « blanc de noir ») qui expriment admirablement la complexité des terroirs champenois. On le trouve également en Saône-et-Loire, dans le Jura, en Alsace, ainsi que dans le Val de Loire où il existe sous une forme ancestrale appelée « berligou ».

Œno-géographie du Pinot Noir

 

Caractéristiques viticoles du Pinot Noir

Le Pinot Noir est un cépage qui produit ses bourgeons assez tôt dans la saison, ce qui le rend susceptible aux gelées de printemps. Il est de maturité précoce (1re époque, soit moins d’une semaine après le Chasselas), c’est pourquoi il se comporte le mieux dans les climats frais et tempérés. Sous les climats chauds, il mûrit trop rapidement et les baies ont tendance à flétrir, ce qui donne des vins confiturés qui manquent d’équilibre. Il a une prédilection pour les terroirs argilo-calcaires. Le Pinot Noir est sensible aux maladies fongiques, le botrytis (pourriture grise), l’oïdium et surtout le mildiou.

En Allemagne, il est répandu sous le nom de Spätburgunder, en particulier dans le Bade-Wurtemberg au Sud du pays, ainsi que plus au nord dans la Vallée de l’Ahr. Durant les dernières décennies, la qualité des pinots noirs allemands a été considérablement améliorée, si bien que les meilleurs vins atteignent aujourd’hui des prix de vente spectaculaires.
En Suisse, le Pinot Noir est le cépage le plus planté avec 3800 hectares (sur les 14’629 du pays), dont un tiers se trouve en Valais où il entre dans la Dôle, assemblage traditionnel de Pinot Noir et de Gamay. Il est également très présent en Suisse allemande, souvent sous le nom de Blauburgunder, en particulier dans les Grisons où il peut donner des vins de stature internationale que les amateurs s’arrachent. Il est aussi bien implanté sur les rives du Lac de Neuchâtel où l’on en produit d’excellents vins dans les appellations Neuchâtel et Vully.

En Italie, le Pinot Nero est surtout planté dans les régions du Nord, en particulier dans le Haut-Adige où il rencontre le plus de succès. On le trouve également dans le Franciacorta pour l’élaboration de vins mousseux.

Ailleurs dans le monde, le Pinot Noir se complait dans certaines régions à climats frais grâce à la latitude comme la Nouvelle-Zélande, la Tasmanie, le Canada (Ontario et Colombie-Britannique) et le sud de l’Argentine (Patagonie, Bío Bío), ou grâce à l’influence maritime comme aux USA en Oregon, en Californie (Sonoma, Monterey, Carneros) ainsi que dans les régions côtières du Chili.

Berligou, le Rouge des Ducs de Bretagne

Dans le Val de Loire, la légende raconte que le Berligou était le vin historique des Ducs de Bretagne. En 1460, le clos du Berligou situé à Couëron près de Nantes est planté avec du Pinot Noir. Les premiers ceps sont alors donnés par Charles le Téméraire à son cousin François II duc de Bretagne. Ce cépage acquiert une grande réputation à la suite des visites d’Henri IV, puis de Louis XIV. On dit aussi qu’il aurait été supposément introduit en 1460 depuis l’Europe de l’Est ou la Russie.
Considéré initialement comme un cépage à part entière, le Berligou a été sauvé de l’extinction dans les années 1930 lorsque le comte de Camiran et le pépiniériste Joseph Picot l’ont retrouvé au milieu d’une vigne envahie par les ronces. Retombé dans l’oubli après la Seconde Guerre Mondiale, il est réhabilité par Jean-Michel Poiron-Dabin qui entame dès 1993 un combat pour faire le reconnaître par les autorités, en l’intégrant dans la collection de cépages du Musée du Vignoble Nantais. L’engouement local pour faire revivre cette relique médiévale s’est concrétisé par la création en 2009 de l’Association du Berligou, très active dans la promotion de ce « cépage » indigène.
En réalité, l’analyse génétique a montré en 2004 que le Berligou n’est pas un cépage distinct (le célèbre ampélographe Pierre Galet l’avait identifié par erreur au cépage russe Berkovsko Cherno), mais un biotype particulier et historique du Pinot Noir de Bourgogne. Seule une mutation clonale le différencie du Pinot Noir. En effet, son nez « pinote » avec ses arômes de fraises, ses tannins sont fins, la bouche est épicée, et surtout étonnamment crémeuse. Le Berligou de Poiron-Dabin est un Pinot hors normes, élevé un an en barriques de la mythique forêt de Brocéliande !

Arbre généalogique « simplifié » du Pinot
Arbre généalogique « simplifié » du Pinot. De haut en bas: le Pinot est le père du Savagnin par croisement avec un cépage inconnu (symbolisé par ?). Par croisement avec le Gouais Blanc, il est le père de nombreux cépages, dont le Chardonnay et le Gamay.
Les analyses statistiques des données génétiques ont aussi montré que le Pinot est un grand-père (la génération intermédiaire est inconnue, symbolisée par des ?) de la Dureza, par conséquent un arrière-grand-père de la Syrah, et un grand-père du Teroldego, par conséquent un arrière-grand-père du Marzemino et du Lagrein. Et pour corser le tout, il est le père de l’autre parent de ces deux derniers cépages. Le Pinot est donc en même temps un arrière-grand-père et un un grand-père du Marzemino et du Lagrein. Cela ne pose aucun problème dans le monde des cépages...
Offre spéciale Noël

Vous souhaitez inviter un de vos proches à rejoindre le club DIVO?

Recevez un bon cadeau de CHF 100.- pour chaque filleul-e inscrit-e dont la première commande dépassera CHF 200.-.

Votre filleul-e bénéficiera de la cotisation (CHF 25.00) gratuite la première année et recevra un coffret de bienvenue d’une valeur de CHF 45.90.


Vos coordonnées
Votre filleul-e

Processus