Éditorial n°84

Depuis quelque temps, les vins de nos voisins allemands jouissent en Suisse alémanique d’une excellente réputation et trouvent un écho favorable auprès d’une communauté d’amateurs en croissance constante. Ils doivent bien sûr leur succès à leur exceptionnelle qualité, mais également à certains importateurs qui, depuis des années, avec un engagement tenace, font la promotion des meilleurs crus en provenance d’Allemagne. En Suisse romande, par contre, ils font aujourd’hui encore figure de parents pauvres. De ce côté-ci de la Sarine, seuls quelques rares connaisseurs ont découvert les Rieslings, les Silvaners et les Pinots Noirs allemands. DIVO estime qu’il est grand temps de combler cette lacune et vous invite dans cette revue à un voyage en Allemagne fort plaisant, à la découverte d’une poignée de vignerons authentiques et de vins remarquables, au caractère bien affirmé.

Carte d'Allemagne

On l’ignore souvent, mais les vins allemands ont derrière eux un glorieux passé. Après la première guerre mondiale, ils comptaient parmi les plus recherchés et les plus chers du monde. Dans les années 30, la carte des vins du Ritz-Carlton de Londres, par exemple, proposait presque quarante vins provenant de la Moselle ou du Rheingau, alors qu’on n’y trouvait que sept Bourgognes blancs. Les prix étaient très révélateurs : ceux des vins allemands grimpaient jusqu’à dix livres, ceux de leurs concurrents français plafonnaient à cinq livres. Mais il est difficile d’établir aujourd’hui s’il s’agissait de vins secs ou de vins avec de légers sucres résiduels. Après la deuxième guerre mondiale, les vins doux allemands devinrent un véritable succès d’exportation, surtout dans le bassin anglo-saxon, et contribuèrent indirectement au relèvement de l’Allemagne. Encore qu’ici il faille opérer une distinction entre les vins doux de qualité (Spätlese / Auslese /Trockenbeerenauslese) et les vins doux bon marché, édulcorés artificiellement, qui portaient souvent des noms fantaisistes : Black Tower, Lait de Notre-Dame ou encore Cul-Nu. Ce sont ces vins de piètre qualité qui ont nui de manière durable à l’image de la viticulture allemande, même en Suisse. Toutefois, depuis les années 80, la production de vins secs et de vins doux de vinification classique s’est fortement accrue. Du coup la viticulture allemande a entièrement reconquis sa renommée d’antan. Lorsque vous aurez dégusté nos trouvailles allemandes, nous sommes convaincus que vous en conviendrez avec nous.

 

Revue Allemagne n°84