Crozes-Hermitage et Hermitage: les AOC de la rive gauche

Ces deux appellations sont les seules des Côtes du Rhône septentrionales à se trouver sur la rive gauche du fleuve, en face de l’appellation Saint-Joseph. L’appellation Crozes-Hermitage est née en 1937. D’abord limitée à la seule commune de Crozes-Hermitage, en raison de la notoriété de quelques parcelles qui font suite à l’AOC Hermitage, elle fut finalement étendue en 1952 à dix autres communes environnantes, dont les plus connues sont Tainl’Hermitage et Mercurol.

Avec sa superficie de 1500 hectares, c’est le plus grand vignoble des Côtes du Rhône septentrionales. Les Romains y cultivaient des vignes déjà dans l’Antiquité. Les communes de Crozes et de Tain ont adjoint à leur nom le suffixe Hermitage au début du XXe siècle, pour d’évidentes raisons commerciales. Quant au terme ermitage, il fait référence à la colline qui domine le Rhône, au sommet de laquelle un chevalier de retour de la croisade contre les Albigeois s’installa en 1224 pour y vivre en ermite. Après sa mort, une communauté érigea une chapelle à sa mémoire et implanta des vignes sur les coteaux. En fait, la colline en question était déjà encépagée du temps des Romains. On a en effet retrouvé près de la chapelle les restes d’un autel romain en l’honneur de la déesse Cybèle et dédié à l’empereur Commode (IIe s. ap. J.C). À l’emplacement de la chapelle, il y avait très vraisemblablement un temple romain très ancien dédié à Hercule.

Quoi qu’il en soit, la colline de cet ermitage bénéficie de sa propre appellation, enclavée dans l’appellation Crozes-Hermitage. Il s’agit d’un petit vignoble de 130 hectares, en coteaux escarpés; il repose sur un terroir de granit décomposé qui s’étend aujourd’hui sur les communes de Crozes-Hermitage, Tain-l’Hermitage et Larnage. Pour schématiser, on dira que l’AOC Hermitage occupe les hauteurs sur un terroir granitique et que l’AOC Crozes-Hermitage occupe les plaines, sur un terroir assez varié fait de terrasses de galets roulés des époques glaciaires (au sud), de terres alluvionnaires et des premiers contreforts granitiques mêlés d’argile rouge (au nord) qui précèdent la colline de l’Hermitage. Le vignoble compte 90 % de rouge et 10 % de blanc. Ici aussi, la Syrah est le seul cépage rouge autorisé. Les cépages blancs sont la Roussanne et la Marsanne.

Domaine du Colombier, Florent et David Viale, Mercurol

À Mercurol, à 4 km de Tain-l’Hermitage, Florent Viale cultive 16 hectares de vignes, essentiellement en AOC Crozes-Hermitage, avec quelques parcelles en AOC Hermitage. Les terroirs ne sont pas les mêmes : le premier est à 70 % alluvionnaire, le second principalement granitique, parfois calcaire. Au domaine du Colombier, Florent s’occupe de la partie viticole, et son frère David de la partie arboricole. Il faut savoir en effet que l’actuelle AOC Crozes-Hermitage a longtemps été une terre de polyculture, où le vin n’était qu’un simple complément. On y cultivait et on y cultive encore, dans une moindre mesure, des pêches, des cerises et des abricots. Les vignerons livraient leurs raisins à la coopérative de Tain-l’Hermitage, et les viticulteurs indépendants étaient plutôt rares. La culture fruitière s’est avérée très rémunératrice jusque dans les années 90, puis elle s’est mise à décliner, pour toutes sortes de raisons: maladies des arbres, grosse concurrence des fruits espagnols, surproduction. Le frère de Florent continue pourtant de produire des abricots.

Une petite balade dans les vignes, sur les hauteurs de Mercurol, donne à Florent l’occasion de planter le décor et de nous montrer ses vieux ceps. En contrebas, s’étendent les terrasses alluvionnaires de l’AOC Crozes-Hermitage, avec en arrière-fond le massif du Vercors. Sur notre droite, la colline de l’Hermitage, exposée plein sud. Nous sommes à la limite entre les deux appellations. Avec une telle superficie, l’AOC Crozes-Hermitage ne manque-t- elle pas d’homogénéité ?

Comparatif des sols

Hermitage: Les sables granitiques offrent  un très bon drainage
Hermitage: Les sables granitiques offrentun très bon drainage
Crozes-Hermitage: Les vignobles de Mercurol prospèrent sur des sols d’anciens alluvions à galets roulés
Crozes-Hermitage: Les vignobles de Mercurol prospèrent sur des sols d’anciens alluvions à galets roulés

Vous savez, quelle que soit son étendue, une appellation est toujours hétérogène. C’est le cas même de l’Hermitage, dont certaines parcelles sont granitiques et d’autres calcaires, explique- t-il. Nous passons à côté d’une parcelle plantée en 1944, rachetée par Florent en 2004. Ici, il n’est pas rare que les vignes affichent 70 ans d’âge ou plus. Je possède 1,8 ha de vieilles vignes de Marsanne en AOC Hermitage qui sont centenaires. J’ignore pour quelle raison, mais les ceps de blanc vieillissent bien sous ces latitudes.

Poursuit Florent.

De retour au Colombier, nous découvrons la cave, qui abrite des cuves en inox et des cuves en béton. « J’utilise l’inox pour la vinification, parce que c’est plus pratique, notamment pour les remontages. Pour la Syrah, un cépage réducteur, je préfère l’élevage dans les cuves béton, où il y a moins de variations thermiques », explique Florent. Le vin est ensuite affiné dans une soixantaine de demi-muids (env. 600 litres). La dégustation nous permet de découvrir les rouges de l’exploitation.

Florent Viale du Domaine du Colombier a bien le droit d’être fier de ses vins
Florent Viale du Domaine du Colombier a bien le droit d’être fier de ses vins

Le Crozes-Hermitage, domaine du Colombier (2015) est une Syrah issue de vieilles vignes plantées par le père de Florent dans les années 60-70. Elle est élevée pour 70 % en demi-muids et pour 30 % en cuve de béton. Les dégustateurs la jugent profonde, complexe, noble et élégante.

Le Crozes-Hermitage, cuvée Gaby (2014) porte le prénom du père de Florent, mais les vignes ont été plantées par le grand-père, ce qui leur donne une bonne septantaine d’années. « J’aime beaucoup la trame soyeuse du millésime 2014 ; en 2013 les tanins étaient plus sévères et la matière plus consistante », analyse Florent. Eric Duret abonde dans le même sens, admire le bel équilibre dans le boisé. Un cru harmonieux et profond, avec beaucoup de gras et de rondeur, sur des notes de cerise.

L’Hermitage (2013) donne lieu à une intéressante discussion. Voilà un grand vin de garde, un cru concentré, profond, issu d’un élevage de 20 mois, qui conserve pourtant une texture élégante.

Mon style de prédilection, c’est la finesse, la fraîcheur, la tension et une structure longiligne. Parfois, la nature se charge de me contrarier et m’impose un millésime solaire, comme ce fut le cas en 2003 et un peu en 2009. Je suis chaque fois étonné: alors que personnellement je suis un peu dépité, la critique se montre dithyrambique et la clientèle en raffole!

Conclut-il.

Les recommandations de Florent Viale

Le Mangevins
Le restaurant préféré de Florent Viale, qu’il décrit comme une très belle adresse avec une très belle carte des vins. Attention : c’est toujours plein, il faut donc absolument réserver sa table !

7 Rue des Herbes
26600 Tain-l’Hermitage
T: +33 (0)4 75 08 00 76
www.facebook.com/Le Mangevins

 

La Maison Gambert
Très bon restaurant où l’on peut arriver à pied après la visite et la dégustation au Domaine du Colombier. La Maison Gambert offre une cuisine bistronomique rythmée par les saisons.
Le chef Mathieu Chartron et son équipe proposent des spécialités raffinées et inventives.

9 route de Chantemerle
26600 Tain-l’Hermitage
T: +33 (0) 4 75 09 19 85
maisongambert.com

 

Hôtel-Restaurant Chartron
Même chef que pour la Maison Gambert, mais cette fois dans un restaurant avec 1 étoile au Michelin. Le point d’honneur de Bruno et Mathieu Chartron est d’amener jusqu’à l‘assiette les secrets culinaires de la Drôme des collines. Spécialité: truffes.

1 Avenue Gambetta
26260 Saint-Donat-sur-l’Herbasse
T: +33 (0)4 75 45 11 82
restaurant-chartron.com